Lecteur biométrique

L’identification biométrique pour un confort d’utilisation et une sécurité maximale

Lecteur biométrique et contrôle d’accès. Solutions de sécurité Les techniques biométriques offrent un grand confort d’utilisation et un niveau de sécurité élevé. Selon le cas, les lecteurs biométriques viendront en remplacement ou en complément des cartes, clés ou codes.

Ils fonctionnent à partir de l’identification d’une caractéristique physique unique du corps humain, qui ne peut être ni volée, ni transmise, ni perdue, ni oubliée.

Ranc Développement a été une des sociétés pionnières en France pour l’installation de dispositifs biométriques, avec notamment l’installation des premiers lecteurs de la géométrie de la main dans les parloirs de prisons ou les aéroports.

Reconnaissance de la forme de la main

Ce lecteur biométrique identifie une personne grâce à l’image en trois dimensions de sa main. Lors de l’enregistrement d’un utilisateur, une centaine de points de mesure sont enregistrés (longueur et épaisseur des doigts) et convertis en un algorithme qui lui est propre. Aucune empreinte n’est collectée (ni palmaire, ni digitale), ce qui en fait une technologie dite « sans trace » telle que définie par la CNIL. Cette technique est bien acceptée par les utilisateurs, elle est d’une grande fiabilité et a fait ses preuves avec des années de recul dans son utilisation.

Le lecteur de la main peut fonctionner de manière autonome ou bien en réseau. Chaque unité peut gérer jusqu’à 32000 utilisateurs.

Reconnaissance du visage

Les nouvelles technologies de reconnaissance faciale ont fait ces dernières années un bon en avant et sont de plus en plus accessibles. Les lecteurs de reconnaissance du visage fonctionnent sur le même principe que pour la main, en « cartographiant » les différents points caractéristiques à chaque individu (yeux, nez, bouche).

Ils offrent un confort d’utilisation appréciable et les produits mis récemment sur le marché présentent un bon niveau de fiabilité.

Reconnaissance du réseau veineux

A l’origine, cette technologie a été développée au Japon pour des applications médicales, avant d’être utilisée à des fins d’identification d’un individu. La reconnaissance se fait grâce au réseau veineux du doigt ou de la paume de la main. Cette technique est globalement fiable même si elle n’est pas préconisée dans certaines conditions, notamment lorsque les personnes sont soumises à d’important écarts de températures (possibilité de dilatation du réseau veineux).

Reconnaissance de l’empreinte digitale

C’est la technique d’identification biométrique la plus répandue au monde. Les lecteurs d’empreinte sont de petite taille et s’intègrent facilement dans les locaux résidentiels ou professionnels.
En France, l’utilisation de cette technique est réglementée car la constitution de fichier contenant des empreintes digitales n’est pas autorisée. En dehors des usages domestiques privés, le gabarit de l’empreinte doit être stocké sur une carte qui demeure en possession de la personne. Cette obligation limite un des principaux avantages de la biométrie, à savoir la suppression des codes, cartes ou clés.